Eli Tiunine : Un Univers tragique éclos dans le drame de Varsovie

Sat, 2011-04-16 11:02
« Tout art fantastique requiert le soutien d’une culture visuelle approfondie. L’héritage de Jérôme Bosch reste incontournable. Chez Eli Tiunine, les mythes classiques et le délire baroque le disputent aux apports de la psychologie contemporaine. Ainsi l’espérance chrétienne enracinée au plus profond de la mystique slave, englobe aussi bien les lupercales de Goya que les damnés de la Sixtine. « Mon univers tragique éclôt dans le drame de Varsovie en guerre et sa lourde présence au sein de ma famille. J’ai trouvé mes racines ici, dans l’univers analytique.

Roue du Muet Tourment

Sun, 2011-01-16 18:09
Le privilège de la peinture est la possibilité de «non définition», toute proche de l’intuition ou de l’inconscient. Les choses sont dites, mais toujours ouvertes à l’interprétation en mouvement. Un tableau se construit comme un roman. D’abord, il y a un fil conducteur qui est là au long de toute la création, mais qui passe vite du premier plan à une place de soutien, comme une note que l’on donne à un chœur pour entamer le chant. Cet accord traverse le tout en s’effaçant devant le reste, les variations de toutes sortes, certaines remplies de légèreté, d’autres de gravité ou de douleur.

Pietà

Sun, 2011-01-16 17:50
La ‘Pietà’ a été conçue pendant les années sombres de l’Europe : les deux guerres et une révolution rendaient leur dernier souffle en méprisant les peuples. Ces peuples, quoi qu’épuisés, n’avaient que des rêves pleins d’espoir qui n’étaient pas des leurres de bonheur mais une nostalgie de liberté que l’on savait exister quelque part.

Amour Fraternel

Sun, 2011-01-16 16:32
L'origine de «L'Amour Fraternel» (Amour Fraternel) est le mythe de Otos et Ephyaltes, frères jumeaux dans la poursuite d'Artémis qui se métamorphose en cerf pour échapper aux poursuites, ce qui provoque leur mort. Ils abandonnent leurs flèches simultanément car ils ne savent pas qu'ils sont confrontés à l'autre dans la forêt, cachée par l'épaisseur des feuillages. Cette histoire évoque pour moi en particulier la tension entre l'amour et la possession exclusive, la propriété de l'autre qui ne peut que conduire à la frustration et une fin violente.

Napoléon

Sat, 2011-01-08 20:58
Lorsque j’avais 23 ans, étudiante aux Beaux-arts de Paris, j’ai déposé une demande de copie au Louvre. En 1980, c’était l’époque de la dictature de la «création pure» et une copie n’était pas tellement une chose à faire pour être «dans le vent» ; il n’empêche que cette expérience m’a ouvert beaucoup de portes, non pas extérieures mais intérieures. J’ai donc peint le «Portrait d’un homme au verre de vin» d’un anonyme du XV e siècle et les choses se sont ainsi faites que, ces portes ouvertes, je n’ai pu les apercevoir qu’avec le temps.